7 Choses à connaître pour mieux comprendre la couleur

Cette article est plutôt destiné à un niveau intermédiaire. Ne vous inquiétez pas si vous êtes débutant et ne comprenez pas certains termes

1. Une couleur est définie par 3 paramètres

Je suis sûre que vous avez déjà rencontré une personne difficile à comprendre car elle n’utilisait pas les mêmes expressions que vous. Une personne qui vient du sud ou un Québécois par exemple :p

En dessin, c’est pareil, vous vous devez d’avoir un minimum le bon vocabulaire afin de pouvoir communiquer efficacement avec d’autres artistes.
Histoire que tout soit clair, commençons donc par les bases.

Il est important de garder à l’esprit qu’une couleur est définie par 3 paramètres qui sont :

Sa teinte :

La teinte, pour simplifier, c’est un peu le « type » de couleur, son nom si vous préférez.

Sa valeur :

La valeur représente à quel point une couleur est sombre (=foncé) ou clair.
En fonction des valeurs utilisés, un dessin sera contrasté (utilisation de beaucoup de noir et blancs et peu de valeurs moyennes) ou non.

Sa saturation :

La saturation représente à quel point la couleur est vive, flashy. À l’inverse une couleur sera désaturée si elle semble terne, grisâtre. On dit justement grisâtre, car une couleur désaturée comporte du noir et du blanc, donc du gris !

Retenez bien ces trois termes ! Ils vous seront très utiles dans l’apprentissage de la couleur.
De plus, vous retrouverez ces 3 termes dans la fenêtre Teinte/Saturation de Photoshop. La « luminosité » correspondant aux « valeurs ».

2.La couleur est relative

Sous ce titre mystérieux, un principe plutôt simple : on interprète une couleur en fonction des couleurs qui l’entourent.

Les faces A et B ont la même valeur. Si si !

Par exemple, sur cette photo les fraises ne sont PAS rouge mais grise. Votre cerveau interprète l’ambiance générale de cette photo comme étant bleuté et donc en conclut que ces fraises sont rouges.

Ainsi, si vous souhaitez faire ressortir une couleur, pensez à contraster avec une couleur qui l’entoure. Par exemple avec sa complémentaire.

Les deux billes ont la même couleur, pourtant l’une ressort mieux que l’autre !

3. La couleur rebondit

Certes, c’est un peu un abus de langage, par couleur, on sous-entend lumière. Et sans vous donner un cours complet de physique sur la couleur, retenez simplement que la lumière rebondit plus ou moins bien, sur n’importe quelle surface.
Ainsi si vous portez un t-shirt rouge, il y a de fortes chances pour que vous voyiez un reflet rouge sur votre menton et plus généralement sur toutes zones proches de votre t-shirt.

Voyez donc la couleur comme des rayons lumineux qui se propagent dans votre scène tout en s’atténuant suite à de nombreux rebonds ou à l’éloignement de sa source.

4. Pour des couleurs plus réalistes, travaillez vos valeurs !

Je suis sûre qu’il vous est déjà arrivé de peindre un paysage et malgré des couleurs choisies avec soin, le rendu fut bien loin d’être réaliste.
Car en effet, bien souvent le problème ne vient pas de vos couleurs, mais plutôt de vos valeurs !

Essayez de convertir votre peinture en valeur de gris (vous pouvez utiliser un de mes scripts). Si le résultat semble bancal, c’est que vos valeurs ne sont pas assez maîtrisées et qu’il sera pratiquement impossible d’avoir de belles couleurs vraisemblables !

Essayez donc de ne pas brûler les étapes : définissez votre source de lumière grossièrement, puis détaillez petit à petit vos rebonds de lumière en fonction d’elle. Ajoutez les ombres propres et ombres portées ainsi que vos rehauts de lumières en dernier.

Travaillez toujours vos valeurs du plus général au plus détaillé !

5. Tout le monde ne voit pas les couleurs de la même façon

Outre le fait qu’il existe plusieurs types de daltonismes, nous ne voyons et n’interprétons pas les couleurs de la même manière.
Je suis sûre d’ailleurs que vous avez entendu parler du buzz de la couleur de cette robe ?

Pour rappel, certains la voient dorée et blanche tandis que d’autres la voient bleu et noir.
Ce n’est pas vraiment un problème de daltonisme, mais comment notre cerveau interprète cette image et la sensibilité de notre œil à certaines ondes.

En effet, vous pourriez être plus sensible à certaines couleurs que d’autres. Je vous conseille d’ailleurs de regarder la vidéo « 4 Applications pour améliorer sa perception des couleurs » pour faire le test.

De plus, n’oubliez pas que si vous travaillez à destination d’un écran (pour un jeu vidéo, un dessin animé ou autre) il y a de très fortes chances que la personne qui regarde votre illustration sur son propre ordinateur n’a pas un écran calibré comme le vôtre.

Et il en va de même pour l’impression. Il est pratiquement impossible d’imprimer une couleur à l’identique de celle qui s’affiche pour votre écran : pour la simple et bonne raison et que votre papier n’est pas éclairé !

En conclusion : acceptez le fait que chacun verra votre painting de manière différente. Pensez plutôt à l’homogénéité de votre image dans son ensemble pour ne pas avoir de surprises.

6. Pour du dessin de personnage, la couleur est extrêmement importante

Voici une règle à retenir : plus votre personnage est stylisé (= s’éloigne du réalisme), plus les couleurs que vous choisissez seront importantes.

Je suis sûre que vous pouvez reconnaitre qui sont ces personnages connus ?

Plutôt facile hein ? En effet, les codes couleurs choisis ont été réfléchit avec un très grand soin. Sans trop m’attarder sur ce sujet (j’écrirais sûrement un article dédié), les couleurs qui accrochent le mieux l’œil sont souvent les couleurs complémentaires, analogues ou triade.
À l’avenir observez bien les couleurs choisit autour de vous sur les logos, les personnages de dessin animé ou de jeu vidéo.

7. Les couleurs ont une signification

Je ne vous apprends rien si je vous dis que le rouge représente l’amour ou le vert la nature.
Mais saviez-vous que la couleur était encore plus codifiée que ça dans les images qui vous entourent ?

Observez ces affiches de film :

En effet, on se rend très bien compte ici que certains codes sont récurrents : orange et bleu pour le fantastique, bleu et noir pour la science-fiction ou jaune pour les films indépendants.
N’oubliez pas ces codes quand vous créez vos images. Ils vous permettront de faire plus facilement passer une émotion à ceux qui les regarderont.

Si vous souhaitez améliorer votre perception des couleurs, je vous conseille une vidéo posté il y a quelques semaines sur ma chaine Youtube sur « 4 Applications pour améliorer sa perception des couleurs »

  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    16
    Partages
  • 15
  •  
  • 1

Comments

  1. Pingback: Apprendre la couleur avec "Pchan" | Le Carnet Digital

  2. Pingback: Quelle roue chromatique installer pour Photoshop ? | Le Carnet Digital

  3. Article très intéressant, valable aussi en peinture. Merci pour toutes ces informations à connaître dès qu’on touche à la couleur, quelle que soit le medium utilisé ;o)

Leave a Comment